Call me by your name : Une ode à l’Amour

En 2 mots… Call me by your name, réalisé par Luca Guadagnino, est sorti en 2017.
Il s’agit du scénario de James Ivory, adapté du roman américain du même titre d’André Aciman – publié en français en 2008 sous le titre Plus tard ou jamais -.


Synopsis 

Call me by your name se déroule en 1983 en Italie du Nord. Elio, jeune Italo-Américain de 17 ans – joué par Timothée Chalamet -, et Oliver – interprété par Armie Hammer-, un étudiant américain de 24 ans venu assister dans ses recherches le père d’Elio, vivent une histoire d’amour le temps d’un été.

Une histoire d’amour réelle

Un jeu d’acteur sincère

Les garçons et la découverte du désir amoureux : Elio a beau flirter avec son amie Marzia, il va jouer un jeu du chat et de la souris et du chaud et du froid avec Oliver – « Fuis-moi, je te suis, suis-moi, je te fuis. » -. Il est mûr et mature pour son âge mais conserve une certaine innocence.

Dans un cadre moderne, les deux hommes profondément humains et délicats se cherchent et vont se trouver. C’est une idylle d’été très réaliste entre deux hommes qui s’urgent de ressentir et de vivre tout simplement.

La famille et le soutien inconditionnel

Le père d’Elio – américain et éminent professeur spécialiste de la culture gréco-romaine -, et sa mère – franco-italienne et traductrice -, possèdent une ouverture d’esprit totale.

C’est un paradis perdu, cette époque bénie où l’utopie hédoniste forgée au sein de la communauté gay semblait sur le point de gagner toute la société, à laquelle mit brutalement fin le fléau du sida. – Le monde – «Call Me by Your Name» : entre ombre et secret, l’été amoureux de deux garçons – par Isabelle Regnier, publié le 28 février 2018.

Des paysages splendides

L’Italie des années 80′

L’histoire se déroule dans une demeure du 17e siècle perdue dans la nature, baignée sous la torpeur du soleil de la Lombardie.

Histoire et archéologie

C’est toute la beauté du film que d’inscrire le coup de foudre dans un milieu complexe qui relie ses personnages à la nature, à la petite société qui gravite autour de la grande maison, mais aussi à un passé millénaire. L’archéologie, de fait, y opère comme une matrice. Elle permet de penser l’identité comme une sédimentation fluide de couches d’histoire et de culture qui ne demande qu’à être fécondée par la rencontre d’une altérité. Et la création comme une métamorphose. – Le monde – «Call Me by Your Name» : entre ombre et secret, l’été amoureux de deux garçons – par Isabelle Regnier, publié le 28 février 2018.

C’est une véritable ode aux statues grecques anciennes, puisque de nombreuses fois les corps saillants et nus des hommes sont montrés.

Une musicalité douce et prenante

Les langues et les instruments sont omniprésents

Un mélange linguistique de français, italien, anglais, allemand, et une bande son remplie de guitare, piano et de radio. Elio est lui-même mélomane.
La musique, signée John Adams, accompagne le torrent d’émotions contradictoires qui monte chez le jeune adulte.

Une certaine lenteur mais pas d’ennui

Il existe dans ce film une apesanteur sensuelle dû à la photographie : le temps est suspendu, bercé par les baignades, les balades à vélo et les repas dans le jardin.

Notre avis in a nutshell

Ni simple, ni militant, il est juste solairement beau. À l’image des 2 protagonistes principaux.
« Un récit intime et universel dans lequel chacun reconnaîtra des lambeaux de son identité morcelée. »


A voir absolument. ♥

Author: Sophie CALDAGUES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *