Dans « Enragé », Russel Crowe passe du côté obscur

enragé

En deux mots… Il est venu le temps des cathédr… euh des thrillers. Vous savez, ce genre de thriller généreusement arrosé d’hémoglobine, qui surexploite les codes de l’horreur largement maîtrisés outre-Atlantique. Enragé est un pur thriller. Celui qui vous fait dresser les poils de bras et haleter sur votre siège pendant 1h30. Et, surtout, c’est l’une des rares sorties ciné made in US qui ne nous aura pas trahis en ces temps de pandémie (merci Disney de nous priver de Mulan sur grand écran !). (Micro-)critique.

Le pitch


Rachel (Caren Pistorius) est une mère célibataire débordée, envahie de responsabilités, qui tente de joindre les deux bouts en égalisant les pointes de clientes proprement insupportables – vous savez, le genre à prendre la mouche pour 3 minutes de retard – parce-que les fourches n’attendent pas. Bref, ce n’était pas forcément le bon jour pour se réveiller. Et alors qu’elle conduit son fils à l’école, elle croise la route du mauvais gars : Tom Cooper (Russel Crowe), irascible chauffeur d’un pick-up qui la bloque à un feu vert et qu’elle klaxonne, dans une tentative désespérée de gagner quelques précieuses minutes sur son trajet.

Mais manque de chance, Tom s’avère être un brin susceptible et – sans les excuses qu’il lui réclame à grands renforts d’œillades sournoises et de menaces à peine voilées – se met à la poursuivre et à faire de sa vie un Enfer. L’objectif : faire comprendre à la pauvre dame ce qu’est « une mauvaise journée ». Et, spoiler alert, ça fonctionne…

On en pense quoi ?

enragé

Russel Crowe gras, sale et vicieux, ça change un peu de ce que l’on connaît du néo-zélandais au visage poupin et à la filmographie impressionnante (Gladiator, Un homme d’exception, L.A Confidential…) Un rafraîchissement plus que bienvenu en cette période de canicule ! Dans le rôle de l’enragé du volant, limite borderline, Tom Cooper, il parvient sans peine à nous convaincre et nous laisse pantois, cloué au siège, dans l’attente d’une issue macabre qui semble incontournable.

« Tom n’a rien de rationnel. Son comportement ne suit aucune logique. C’est simplement quelqu’un qui a perdu son humanité car il a été déçu par les expériences de la vie », confiait l’acteur lors de la promotion du film. L’interprétation de cet homme, au passé sinistre et au sens des réalités largement perturbé a représenté un vrai challenge pour l’acteur, au départ très réticent à l’idée d’accepter le rôle de cette figure quasi-diabolique, aux antipodes de sa carrière.

Un simple coup de klaxon

S’il est un brin prévisible, le film se regarde avec plaisir et sans temps mort. Caren Pistorius (actrice sud-africaine vue dans Gloria Bell ou Mortal Engines) est tout aussi crédible dans la peau de cette femme dépassée par les événements, qui porte sur ses épaules une charge qui briserait n’importe qui. Les premières scènes laissent deviner la tension qui vous prendra à la gorge tout au long du long-métrage. La musique et les couleurs, ternes et grises, contribuent également à instaurer ce climat oppressant.

Un simple coup de klaxon, une simple confrontation à un feu rouge entre deux citoyens apparemment lambda… Et c’est l’escalade de la violence, une violence crue, froide et paradoxalement très réaliste. Le film n’a pas l’étoffe d’un grand chef d’oeuvre. Mais il vous garantit un bon nœud à l’estomac, qui vous fera passer l’envie de prendre le volant pour quelques temps… Une ode à la politesse et à la diplomatie : la prochaine fois, on parie que vous penserez à demander pardon…

enragé

La fiche

Enragé (titre original : Unhinged)

Réalisation : Derrick Borte

Scénario : Carl Ellsworth

Avec : Russel Crowe, Caren Pistorius, Jimmi Simpson, Gabriel Bateman…

Sortie le 19 août 2020, interdit aux moins de 12 ans.

Author: Mélisande QUEINNEC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *